Faits et mythes au sujet des bardeaux d’asphalte

Votre toiture de bardeaux d’asphalte a une grande valeur. Elle protège votre famille et vos biens des éléments. Malgré cela, bon nombre de propriétaires ne savent pas grand-chose au sujet des bardeaux et en fait, très peu en ont déjà touché ou manipulé un. Sous bien des aspects, les bardeaux sont voilés de mystère. À notre époque où l’accès à l’information est instantané, IKO partage avec vous ces quelques réponses à des questions intéressantes posées par nos clients.

 

Dans certaines publicités, on parle de « bardeaux d’asphalte », alors que d’autres commerçants les appellent « bardeaux de fibre de verre ». S’agit-il de la même chose ?

La réponse est simple : oui. On les appelle « bardeaux de fibre de verre » parce que le matériau leur servant d’armature est de la fibre de verre, mais on les appelle aussi « bardeaux d’asphalte » parce qu’ils sont également faits d’asphalte, qui les rend imperméables et résistants aux intempéries. Les deux termes sont donc corrects et interchangeables. Notez aussi que, dans certaines régions, on les appelle « bardeaux composites » parce qu’ils sont composés de plusieurs matières premières.

OK, I know they’re called asphalt shingles, but how much asphalt is in there?

Je sais que ce sont des « bardeaux d’asphalte », mais dans quelles proportions sont-ils composés d’asphalte ?

C’est une excellente question, qui se répercute dans la qualité générale du bardeau. Les normes de l’industrie établissent un poids minimal d’asphalte permettant au granulat de bien adhérer aux bardeaux, pour une bonne résistance aux intempéries et une protection à long terme. En général, l’asphalte compte pour environ 20 % du poids du produit (en comparaison, la proportion d’asphalte dans le revêtement des routes est d’environ 6 %). Les bardeaux plus légers peuvent contenir moins d’asphalte que les plus lourds. Soyez donc vigilants lorsque vous comparez les différentes marques.

 

J’ai entendu dire que les bardeaux ont déjà été fabriqués à partir d’amiante. Est-ce vrai ?

C’est en partie vrai. En Amérique du Nord, les normes de prévention des incendies ont exigé pendant des décennies que les matériaux de construction utilisés à l’extérieur des maisons, ce qui inclut les matériaux de toiture, atteignent un certain degré de résistance au feu. Les Laboratoires des assureurs testent la résistance au feu des matériaux de couverture, incluant les bardeaux, depuis 1958. Par le passé, certains fabricants de bardeaux ont fait la promotion de matériaux de toiture résistants au feu, qui contenaient une certaine quantité de fibres d’amiante. Toutefois, les bardeaux contenant de l’amiante ont été abandonnés au cours des années 1960 pour faire place à des bardeaux d’asphalte tirant leur résistance au feu de stabilisants minéraux inertes, plus sûrs. IKO n’a jamais fabriqué de bardeaux contenant de l’amiante.

Après l’installation de mon nouveau toit, une forte tempête a fait dégringoler de petits grains de pierre colorée provenant des bardeaux, qui ont été évacués par mon tuyau de gouttière. Devrais-je m’inquiéter ?

Au cours du processus de fabrication, la bande de bardeaux est littéralement inondée de granules colorés, pour s’assurer qu’elle en soit complètement recouverte. Tous ces granules ne peuvent pas adhérer aux bardeaux ; la plupart sont récupérés et réutilisés. Mais il en reste toujours une certaine quantité qui reste sur la surface des bardeaux sans y adhérer. Une fois les bardeaux installés, il est tout à fait normal que cet excédent de granules s’en détache. Si cela vous inquiète, demandez à votre couvreur de vérifier si les bardeaux ont conservé une couche de granulat suffisante.

 

Mon couvreur a utilisé une cloueuse pour poser mes nouveaux bardeaux. Cette technique est-elle aussi fiable que le bon vieux clouage au marteau ?

C’est encore une excellente question qu’on nous pose souvent. Quand les couvreurs ont commencé à utiliser es outils pneumatiques, ils fixaient les bardeaux au moyen d’agrafes. Celles-ci se plantaient souvent de travers, ce qui affaiblissait parfois la résistance au vent du système de toiture. À l’époque, les outils pneumatiques ont donc acquis une mauvaise réputation. Cela dit, l’équipement actuel utilise essentiellement le même type de clous que ceux qu’on enfonce au marteau. Si votre couvreur s’assure que les clous sont enfoncés aux bons endroits sur le bardeau et que leur tête s’appuie sur la surface sans la défoncer, les deux méthodes donneront une finition de qualité similaire.

Combien de temps les bardeaux de mon toit mettront-ils pour adhérer les uns aux autres?

L’adhésif des bardeaux ne fonctionne pas comme une bande autocollante dont on retirerait simplement la pellicule protectrice. Les bardeaux installés doivent être suffisamment chauffés par le soleil pour que l’adhésif s’active. Bien sûr, le temps nécessaire à cette activation variera en fonction de facteurs comme l’emplacement de la maison, l’orientation et la pente du toit et les conditions climatiques. On ne peut donc le prévoir avec exactitude. La bonne nouvelle, c’est qu’en général, les bardeaux finissent par se coller. La preuve, c’est qu’ils sont largement répandus, en grande partie parce que ce système est efficace et fournit une bonne résistance au vent. Les bardeaux IKO sont enduits de notre propre adhésif Fastlock®. Sous l’effet de la chaleur du soleil, il devient ultra collant et crée une forte adhérence qui assure une protection maximale contre le soulèvement ou l’arrachement par le vent, et contre l’infiltration d’eau.

 

Lorsque nous avons refait la toiture du chalet de mon cousin, mon oncle affirmait que par le passé, il fallait retirer la pellicule sous chaque bardeau pour exposer l’adhésif. Est-ce encore pertinent de le faire de nos jours ?

Cette manipulation est absolument inutile. Il s’agit d’un mythe incroyablement persistant. On peut toutefois comprendre pourquoi certaines personnes croient que la pellicule protectrice au dos du bardeau doit être retirée. (La pellicule protectrice ne sert qu’à empêcher les bardeaux de coller l’un sur l’autre dans l’emballage; elle n’a aucune fonction adhésive.) Premièrement, l’asphalte sous la pellicule a une apparence brillante. Beaucoup en déduisent qu’il s’agit d’une bande adhésive, mais il ne s’agit que de l’enduit d’asphalte recouvrant le bardeau.

À l’origine, les bardeaux d’asphalte n’avaient pas de bande d’adhésif. On les scellait une fois posés, en appliquant l’adhésif manuellement. Les bardeaux « auto-adhésifs » sont apparus à la fin des années 1950. Les premières versions étaient effectivement dotées d’une pellicule qu’on devait peler avant la pose. Voici un extrait d’un brevet de bardeaux auto-adhésifs déposé en 1961 :

 

« … si la pellicule recouvre la bande d’adhésif à la surface du bardeau, il est nécessaire de la retirer avant de poser le bardeau, afin d’exposer l’adhésif sensible à la chaleur du soleil qui a pour fonction de sceller les pattes. »

 

Peu après l’invention des bardeaux auto-adhésifs, les fabricants ont déterminé que la pellicule protectrice pouvait être placée au dos des bardeaux, de sorte qu’elle n’ait pas à être retirée. Ceci a accéléré la pose des bardeaux. Veuillez consulter ce bulletin d’information pour d’autres détails.

Puisque les bardeaux installés sont scellés entre eux, n’est-il pas impossible d’effectuer des réparations ultérieures ?

Même si l’adhésif, une fois pleinement activé, scelle très bien les bardeaux l’un sur l’autre, il est possible de rompre délicatement ce lien à l’aide d’une barre grattoir, idéalement par temps frais. L’adhérence ainsi rompue, on peut retirer les clous et faire les ajustements requis. Par la suite, les bardeaux ayant été soulevés doivent être scellés de nouveau au moyen de ciment asphaltique.

 

Il semble que toutes les maisons du voisinage ont un toit de bardeaux laminés. Pourquoi ceux-ci sont-ils si populaires?

Vous avez raison! Les bardeaux laminés sont le style de bardeaux le plus recherché de nos jours, et ce pour deux raisons principales. Les entrepreneurs aiment les installer, car leur apparence aléatoire les rend plus faciles à aligner que les bardeaux traditionnels à trois pattes. . Mais, par-dessus tout, ce sont les propriétaires qui les choisissent pour le relief et la texture que procurent leur double épaisseur. Les bardeaux laminés, comme ceux de la populaire gamme Cambridge® de IKO, présentent aussi des bandes ombragées et ceux de la gamme Dynasty® offrent des mélanges de couleurs à haut contraste donnant aux toits un aspect dramatique.

Est-il vrai que mes coûts de climatisation augmenteront si je choisis des bardeaux de couleur sombre?

Il est vrai que, par temps ensoleillé, les bardeaux foncés se réchauffent davantage que ceux de couleur plus claire. Cependant, cela ne se traduira pas nécessairement par une augmentation des coûts de climatisation. Bon nombre de maisons comportent un grenier dont le plancher et le plafond sont isolés. Le grenier est généralement bien ventilé, ce qui atténue le transfert de chaleur de la surface du toit vers l’intérieur de la maison. Dans les maisons ainsi construites, la température des bardeaux n’a pratiquement aucun effet direct sur la climatisation. Toutefois, dans certaines régions, les systèmes de chauffage, ventilation et climatisation peuvent être installés dans un grenier exigu, peu isolé et mal ventilé. Dans ce cas, un toit plus pâle est susceptible de réduire les coûts de climatisation. La gamme de bardeaux Cambridge Cool Colors de IKO offre des teintes claires et réfléchissantes pour pallier ce problème.

 

Les propriétaires et les couvreurs devraient toujours se méfier des informations qui circulent au sujet des bardeaux d’asphalte.

De nombreux mythes sont véhiculés, souvent basés sur des informations dépassées ou inexactes. Pour de l’information utile et exacte au sujet des bardeaux d’asphalte, faites confiance à IKO!

Location set to view all.

IKO manufactures products for specific areas in North America.
To ensure we feature the products available in your area, please select your country and state/province.
or
AVIS: Les produits illustrés ne sont pas tous disponibles dans votre région.