Skip to Content
  1. Accueil
  2. Blog
  3. Qu’est-ce qu’une toiture soudée au chalumeau?

Qu’est-ce qu’une toiture soudée au chalumeau?

mardi, octobre 30 2018

Il s’agit d’une méthode de couverture qui nécessite l’utilisation de la flamme d’un chalumeau. Pour réaliser ce type de toiture, des laizes de membrane de bitume modifié sont déroulées sur le toit et les couvreurs professionnels, chalumeau à la main, chauffent la membrane pour la faire adhérer au support. Lorsqu’elles atteignent la bonne température, les laizes se soudent les unes aux autres pour créer une barrière étanche.

Les couches de membrane qui constituent un toit soudé au chalumeau sont faites d’un produit d’asphalte appelé « bitume », qu’on modifie en y ajoutant du caoutchouc ou du plastique. La principale force de ce matériau est qu’il peut prendre de l’expansion ou rétrécir sans fondre ni se fissurer. Il présente aussi une tolérance élevée à la chaleur et au froid que subit un toit au fil des saisons. Il existe différents types de toits soudés au chalumeau, dont les systèmes à deux et à trois couches.

Vous vous demandez si un toit soudé au chalumeau est la bonne solution pour votre toit plat? Nous vous en décrivons plus bas les avantages et les inconvénients. Nous aborderons aussi en détail les différents matériaux ainsi que les couches qui constituent un toit soudé au chalumeau.

Matériaux de toiture soudables au chalumeau

Vous avez peut-être déjà entendu parler d’un toit en membranes de caoutchouc, mais le terme n’est pas forcément adéquat, car toutes ne contiennent pas de caoutchouc. Toutes les membranes soudables au chalumeau sont faites de bitume modifié, autrement dit de bitume contenant des additifs. Le bitume est fait à partir d’asphalte, un matériau résistant utilisé de nombreuses façons pour réaliser des toitures. Pour fabriquer une membrane soudable au chalumeau, il faut modifier le bitume, c’est-à-dire le mélanger avec un polymère.

Le premier polymère utilisé à cette fin est le polypropylène atactique (PP atactique), qui est un plastique et non du caoutchouc. Les membranes thermosoudables en PP atactique sont flexibles et répondent bien tant au réchauffement qu’au refroidissement.

Un second polymère utilisé pour créer des matériaux de toiture de bitume modifié est le styrène-butadiène-styrène (SBS). Le SBS est une forme de caoutchouc qui donne de la souplesse au bitume et dont le point de fusion est plus bas que celui du PP atactique. Les membranes de bitume modifié au SBS s’installent par soudage au chalumeau, mais peuvent aussi être autoadhésives, appliquées à froid ou enduites à la vadrouille.

Un matelas de fibre de verre, de polyester ou d’un autre matériau sert d’armature assurant la solidité de la membrane. Les fabricants incrustent aussi parfois de petits granules à la surface de la membrane pour augmenter sa résistance au feu, en modifier la couleur ou la protéger des rayons ultraviolets (UV), entre autres.

Types de toits soudés au chalumeau

 

Il existe deux types principaux de toits soudés au chalumeau, soit les systèmes à deux et à trois couches. Les deux systèmes contiennent une membrane de sous-couche et une autre de finition, mais dans un système à trois couches, les couvreurs posent deux membranes de finition : une lisse et l’autre à surface granulée. Cette couche supplémentaire contribue à prolonger la vie du toit et augmente habituellement sa résistance au feu et son efficacité énergétique en plus d’en modifier la couleur, etc.

Composants d’un système de toit soudé au chalumeau

 

  • Isolant : En particulier dans les climats froids, les toits plats ou à faible pente doivent être isolés pour retenir la chaleur dans le bâtiment ou la structure. L’isolant est appliqué en premier et fixé mécaniquement au moyen d’attaches ou de vis et plaques, ou encore enduit de colle ou de bitume chaud épandu à la vadrouille.
  • Pare-vapeur : On installe ensuite une membrane pare-vapeur. Il s’agit d’une sous-couche qui aide à prévenir les problèmes de condensation ou d’humidité dans le système de toiture.
  • Panneaux de recouvrement : Les couvreurs professionnels installent ensuite des panneaux de recouvrement qui serviront de support à la membrane thermosoudable. Ces panneaux doivent être posés correctement et avec soin, pour éviter que des creux ne forment des flaques d’eau sur le toit.
  • Membrane de sous-couche : Vient ensuite la première couche de membrane de bitume modifié. Dans le cas d’une toiture soudée au chalumeau, celle-ci peut être fixée aux panneaux de recouvrement par thermosoudage direct, par vadrouillage de bitume chaud ou application d’un adhésif.
  • Membrane de finition : La couche supérieure d’un système de toiture soudée au chalumeau est une membrane de finition lisse. En la déroulant, les couvreurs utilisent un chalumeau pour en chauffer la face inférieure en même temps que la sous-couche sous-jacente. Pressées l’une sur l’autre, les deux membranes forment alors une barrière étanche. Dans un système bicouche, il s’agit de la dernière étape ; la toiture est alors terminée. Sinon, on applique ensuite, de la même façon, une dernière couche de membrane de finition à surface granulée.
  • Solins autour des pénétrations : En général, on utilise une membrane de bitume modifié autoadhésive en guise de solin autour de tout élément qui perce la toiture, comme un évent ou un conduit du système CVC (chauffage, ventilation et climatisation). On recouvre ensuite le solin de membrane par un solin métallique. Ce dernier doit être apprêté avant d’y fixer la membrane de sous-couche afin qu’elle y adhère bien.

Différences entre le soudage au chalumeau et l’épandage de bitume chaud

  

Les propriétaires d’immeubles doivent parfois choisir entre une toiture soudée au chalumeau ou collée au bitume chaud (aussi appelée « système de toiture multicouche »). C’est la méthode de pose qui différencie ces deux types de systèmes. Dans le cas d’une toiture collée au bitume chaud, la sous-couche et des couches de feutre sont noyées dans l’asphalte liquide épandu à la vadrouille. C’est cet asphalte qui, en refroidissant, crée une toiture épaisse, étanche et durable.

Les deux types de systèmes ont une durée de vie similaire, bien que les toitures collées au bitume chaud ont une résistance à la perforation et aux rayons UV légèrement inférieure. En général, les toitures au bitume chaud sont moins chères que les membranes soudées au chalumeau. Cependant, les couvreurs installant un système au bitume chaud sont exposés plus longtemps aux vapeurs toxiques et doivent se protéger avec plus de précautions.

Avantages d’une toiture soudée au chalumeau

Les systèmes de toiture soudés au chalumeau présentent de nombreux avantages. Le premier rôle de tout système de toiture est d’empêcher l’eau d’atteindre le bâtiment ou la structure couverte, et les membranes soudées ont une excellente résistance à l’eau. Lorsque la membrane et l’isolant sont posés conformément aux directives du fabricant, la surface plane du toit ne laisse pas l’eau s’accumuler et en favorise le drainage.

Les membranes en rouleaux soudables au chalumeau sont conçues pour tous les types de climats ; elles peuvent se dilater à la chaleur et se contracter au froid sans fondre ni se fissurer comme le feraient d’autres matériaux. C’est cette souplesse qui confère aux membranes soudées leur longévité.

Dans les climats où la neige est fréquente, les toits plats doivent résister à l’accumulation de neige jusqu’au moment de sa fonte. Les membranes soudées sont imperméables et constituent un excellent choix dans ce type de climat.

La membrane de finition d’un système soudé au chalumeau présente aussi d’autres qualités importantes, comme la résistance aux rayons UV et la réflectivité qui limite le réchauffement du bâtiment et favorise son efficacité énergétique.

Un système de toiture soudé au chalumeau est également relativement simple à réparer au besoin. Les déchirures, fentes ou soudures abîmées peuvent être réparées en y appliquant une pièce de membrane de bitume modifié. Comme pour la pose initiale, un chalumeau est utilisé pour effectuer ces réparations.

Désavantages d’une toiture soudée au chalumeau

Les principales raisons qui poussent les couvreurs professionnels à choisir d’autres options sont les risques et les difficultés que présente l’installation de ce type de système. Une toiture de membrane soudée requiert l’utilisation d’un chalumeau au gaz qui produit une flamme à très haute température, associée à des risques d’incendie et de brûlures. La mise sur pied d’une formation en santé et sécurité a permis de réduire significativement le nombre d’accidents liés à l’utilisation du chalumeau. Avant d’investir dans une toiture soudée, assurez-vous que les couvreurs embauchés ont suivi une formation du programme CERTA (Certified Roofing Torch Applicator), offert par l’association professionnelle NRCA (National Roofing Contractors Association).

Bien que les coûts d’une membrane soudée soient relativement peu élevés, son installation par des couvreurs professionnels peut coûter plus cher en raison de la formation, des frais d’assurance et des équipements supplémentaires qu’implique un tel système. De plus, la largeur des rouleaux de membranes est limitée à 1m, ce qui entraîne la soudure de nombreuses coutures. Mais grâce à leur faible largeur, les rouleaux présentent aussi l’avantage d’être faciles à transporter dans des endroits non accessibles pour des matériaux plus volumineux.

Autre désavantage des toitures soudées au chalumeau : la possibilité de coutures défectueuses ou d’autres erreurs de pose. Si les différentes couches de membrane ne sont pas soudées adéquatement, des fuites d’eau peuvent survenir. Un système à trois couches est moins sujet aux fuites et plus facilement réparable si le problème se présente.

Il peut aussi arriver que de l’eau s’infiltre entre deux couches de membrane pendant la pose ou la réparation. C’est pourquoi il est recommandé de n’installer une toiture soudée que par temps sec.

Quel est le type de toit idéal pour recevoir une toiture soudée au chalumeau?

Une toiture de membrane soudée convient le mieux aux toits à très faible pente, c’est-à-dire entre ¼:12 et 1:12, là où l’objectif est d’obtenir une toiture durable et résistante aux intempéries, en particulier à la neige. Ce type de toiture est déconseillé sur un toit parfaitement plat.

IKO poursuit une mission éducative dans tout ce qui concerne la toiture. Visitez notre site pour en apprendre davantage sur d’autres types de toitures pour bâtiments commerciaux ou pour trouver un entrepreneur-couvreur certifié dans votre région.