Les coûts des accidents au travail dans l’industrie de la toiture

Comme vous le savez, travailler dans le domaine de la construction, en particulier des toitures, comporte son lot de risques.

Les couvreurs sont confrontés à de nombreux dangers, notamment ceux associés au travail en hauteur, aux échelles, à l’utilisation d’outils électriques, au bruit, aux substances toxiques et même aux températures extrêmes.

Avant de nous attarder aux coûts que représentent les blessures, aux types de blessures les plus courantes sur les chantiers et aux statistiques probantes concernant le coût de celles-ci, voyons d’abord quels risques sont typiquement associés au domaine de la toiture.

 

Les chutes de hauteurs sont un grave problème dans l’industrie de la toiture.

Entre 2003 et 2013, les chutes étaient la principale cause de décès dans l’industrie de la construction. En particulier, les chutes de toits représentaient le tiers des décès durant cette période.

Les chutes de hauteurs sont aussi la principale cause de blessures. En fait, selon l’agence américaine OSHA (Occupational Safety and Health Administration), les infractions les plus fréquentes dans le domaine de la construction sont celles liées à la prévention des chutes. Sans grande surprise, le risque de blessures graves et de décès suite à une chute s’accroît considérablement lorsque la hauteur augmente. Cela dit, les chutes de faible hauteur sont également un risque. Les couvreurs peuvent subir divers types de blessures comme les fractures, les dommages à la moelle épinière, les commotions et les lésions cérébrales.

Voici la liste des 10 infractions au Code du travail les plus courantes, relevées par l’OSHA lors d’inspections de chantiers*. Voyez lesquelles pourraient affecter la sécurité de vos propres employés.

  • Prévention des chutes
  • Communication des risques
  • Échafaudages
  • Protection respiratoire
  • Cadenassage et étiquetage
  • Chariots de manutention motorisés
  • Échelles
  • Méthodes de câblage électrique
  • Dispositifs de protection sur les machines
  • Exigences générales en matière d’électricité

*https://www.osha.gov/Top_Ten_Standards.html

 

 

 

Bien sûr, les accidents au travail concernent tous ceux qui travaillent en hauteur, dans toutes les régions du monde.

Au Canada, le ministre du Travail de l’Ontario a identifié les dangers à l’origine des accidents de travail les plus fréquents sur les chantiers résidentiels de faible hauteur*. Les voici :

  • Chute d’un toit
  • Utilisation inadéquate des systèmes de prévention des chutes
  • Chute d’une échelle
  • Installation inadéquate des échelles
  • Mouvement inapproprié lors de la manutention et du stockage des matériaux, menant à des problèmes musculosquelettiques
  • Stress thermique
  • Débris tombant du toit pendant la construction
  • Échelles instables à cause de la faiblesse du sol
  • Usage d’échelles endommagées ou d’échelles domestiques
  • Contact avec des lignes électriques aériennes
  • Équipement mal entretenu

*Safe Roofing at Low-Rise Residential Construction Project, Ontario Ministry of Labour, 2015

 

Les chutes sont plus fréquentes dans les petites entreprises.

Selon les statistiques du CPWR (Center for Construction Research and Training), les chutes survenant au sein des entreprises qui emploient 10 personnes et moins comptent pour 54 % de toutes les chutes mortelles (au sein et d’entreprises plus grandes, ce taux varie entre 9 % et 16 %).

Pourquoi un tel écart? Il est généralement admis que les petites entreprises ne disposent pas des ressources financières ou n’investissent pas aussi efficacement dans des mesures de sécurité que les plus grandes entreprises.

Toutefois, comme nous le verrons, il est clairement avantageux pour une entreprise de créer un milieu de travail sécuritaire. Cela est d’autant plus vrai pour une petite entreprise, car les coûts liés à un employé blessé y ont un plus grand impact.

 

Quels sont les coûts directs et indirects des accidents au travail?

Évidemment, l’impact le plus important d’une blessure est le coût humain que subit l’employé concerné. Une blessure peut causer des difficultés émotionnelles et financières énormes pour l’employé et sa famille.

Les maladies et les blessures au travail peuvent également affecter votre marge de profit de manière importante, si on considère leurs coûts directs et indirects.

 

Quels sont les coûts directs d’une blessure au travail?

Les coûts directs comprennent l’indemnité pour accident du travail, les dépenses médicales et les coûts de services juridiques.

  • L’indemnité pour accident du travail sert à compenser les frais médicaux, pharmaceutiques et de convalescence non couverts par le système de santé.
  • Si la maladie ou la blessure au travail met en cause des équipements de sécurité défectueux ou manquants, vous devrez réparer, remplacer ou installer les équipements appropriés.
  • Si c’est plutôt l’employé qui ne s’est pas conformé aux règles de sécurité, l’employeur devra payer le coût des procédures judiciaires et les amendes imposées par le tribunal.

Dans la plupart des états américains, le métier de couvreur arrive en tête du classement des métiers les plus à risque. Selon le bureau américain des statistiques sur le travail, les indemnités pour accident du travail coûtent plus cher dans le secteur des ressources naturelles, de la construction et de la maintenance que dans tout autre type d’emploi.

 

Quels sont les coûts indirects d’une blessure au travail?

Les coûts indirects sont moins évidents, même si dans les faits, ils peuvent dépasser les coûts directs. Les coûts indirects incluent :

  • Le salaire payé à un employé blessé pendant une période d’absence non couverte par l’indemnité pour accident du travail
  • L’embauche et la formation d’employés remplaçants
  • Les frais d’enquête sur l’accident
  • La baisse de productivité
  • La mise en place de mesures correctives
  • La réparation d’équipements, d’outils ou de biens endommagés

Bien que les coûts en soient difficiles à calculer, une maladie ou une blessure au travail peut également affecter le moral des employés et faire grimper le taux d’absentéisme.

Dans une industrie où trouver et retenir de bons employés est un défi de tous les jours, le fait de démontrer votre engagement envers la sécurité des travailleurs peut vous permettre de vous démarquer comme employeur.

 

Le coût des accidents de travail se calcule de plusieurs façons.

Voici quelques statistiques ayant retenu notre attention, concernant le coût des accidents de travail (toutes proviennent du U.S. Bureau of Labor) :

  • En mars 2015, les employeurs du secteur des ressources naturelles, de la construction et de la maintenance ont déboursé en moyenne 1,02 $/ heure travaillée en indemnisation, comparativement à 0,45 $ pour l’ensemble des autres secteurs.
  • Les indemnités pour accident au travail représentent près de 3 % de toutes les indemnités versées dans ce secteur, comparativement à 1,4 % pour l’ensemble des autres secteurs.
  • Chez les couvreurs assurés, les coûts liés aux chutes de hauteur atteignaient 54 millions $ par année de 2005 à 2007 (la plus récente période pour laquelle les statistiques sont compilées), selon le National Council on Compensation Insurance.
  • Pour un entrepreneur en couverture, le coût moyen d’une chute de hauteur est d’environ 106 000 $ par employé blessé, selon l’OSHA (comparativement à moins de 50 000 $ pour une chute de hauteur dans les autres secteurs d’activité).
  • À lui seul, un couvreur tombant accidentellement d’une échelle ou d’un escabeau coûte environ 68 000 $ (OSHA).

Bien que l’ampleur des coûts directs dépende de la couverture de votre police d’assurance, les coûts indirects, eux, sont toujours payés par vous.

Les accidents de travail peuvent affecter tous les aspects de votre entreprise — de la fidélité de vos employés jusqu’à votre marge de profit. C’est pourquoi la prévention des accidents au travail est un investissement profitable, en plus d’être sensé.

 

Calculez les coûts potentiels associés à un accident au travail d’un de vos employés.

Pour évaluer les coûts directs et indirects des différents types de blessures au travail, et l’impact qu’ils peuvent avoir sur votre rentabilité, l’OSHA a mis en ligne un outil d’estimation.

Nous avons utilisé cet outil pour évaluer le cas fictif d’un employé ayant subi une fracture au travail. Nous avons obtenu les résultats suivants :

Estimation des coûts directs : 50 778 $

Estimation des coûts indirects : 55 855 $

Total des coûts directs et indirects : 106 633 $

https://www.osha.gov/dcsp/smallbusiness/safetypays/index.html

 

La prévention est essentielle à la santé de votre main-d’œuvre — et de vos finances.

On ne saurait clore la discussion sur les accidents de travail sans mentionner de quelle façon les entrepreneurs en couverture peuvent créer un environnement de travail sécuritaire pour leurs employés. Rappelez-vous que la vaste majorité des accidents, dans le domaine des toitures, peut être évitée par une bonne planification, une formation appropriée et des équipements de sécurité adéquats.

  • Bords non sécurisés
  • Surfaces fragiles, lanterneaux, trous ou évents
  • Conditions venteuses et pluvieuses
  • Risque de trébuchement sur le toit (évents ou autres pénétrations)
  • Perte d’équilibre ou d’adhérence sur un toit à pente raide

 

La liste qui suit regroupe des mesures de sécurité importantes, mais n’est pas exhaustive.

Échelles
Une échelle doit toujours être attachée et correspondre aux normes de sécurité en vigueur.

Échafaudages
En plus d’être solide et stable, un échafaudage devrait toujours être muni de croisillons et de garde-corps.

Prévention des chutes
Lorsqu’ils travaillent au bord d’un toit qui n’est pas muni de garde-corps, les employés devraient toujours être reliés à un système de protection contre les chutes.

Garde-corps
Les garde-corps doivent être installés le plus près possible du bord qu’ils sécurisent.

Sécurité électrique
Assurez-vous que les employés et l’équipement sont toujours à une distance sécuritaire de toute ligne électrique aérienne.

Équipement de protection individuel
Travailler sur un toit équivaut à travailler sur un chantier de construction; le casque de sécurité et les bottes à embouts d’acier sont donc essentiels. De plus, le bitume chaud constitue un danger important à proximité d’une chaudière à goudron. Pour éviter les brûlures, il est nécessaire de porter une visière de sécurité et des gants de protection adéquats.

En cas d’urgence
Les employés doivent disposer de l’équipement et des ressources nécessaires pour porter secours à un collègue en situation d’urgence. Assurez-vous que des extincteurs et des trousses de premiers soins sont facilement accessibles sur le chantier.

Formation
Tous les employés méritent de recevoir une formation complète sur les risques liés à leur travail.

 

 

Location set to view all.

IKO manufactures products for specific areas in North America.
To ensure we feature the products available in your area, please select your country and state/province.
or
AVIS: Les produits illustrés ne sont pas tous disponibles dans votre région.