Conseils pour se maintenir à jour en matière de prévention des chutes - Protégez vos travailleurs et dynamisez votre entreprise

Ces quelques principes vous aideront à maintenir votre programme de prévention des chutes de toits à jour et conforme aux normes en vigueur.

Avis de non-responsabilité : L’information qui suit n’est pas certifiée pour des fins de formation, et n’est approuvée par aucune autorité en matière de formation ou de certification. Le contenu du présent document est basé sur des données empiriques.

 

L’importance de la prévention des chutes de toits

La prévention des chutes, soit les mesures et les équipements visant à prévenir les chutes de hauteur dans les chantiers situés sur un toit, est une partie essentielle de tout projet. Que vous soyez un entrepreneur en couverture indépendant, engagé envers vos propres clients, ou un propriétaire d’entreprise embauchant des couvreurs, la prévention des chutes devrait constituer l’élément central de votre programme de sécurité au travail.

Voici pourquoi.

Malgré l’existence de lois régissant la prévention des chutes et de programmes d’inspection, chaque année des ouvriers du bâtiment travaillant en hauteur se blessent ou meurent. Malheureusement, les chutes de hauteur (notamment de toits) continuent d’être l’une des principales causes de ces accidents.

Aux États-Unis, en 2016 seulement, 364 ouvriers en construction ont subi une chute mortelle — soit presque un chaque jour.

Heureusement, bon nombre de ces accidents sont évitables au moyen de systèmes et d’équipements de prévention des chutes adéquats. En fait, une enquête récente de l’agence fédérale américaine OSHA (Occupational Health and Safety Administration) portant sur une série de chutes mortelles a démontré que l’utilisation de moyens de prévention des chutes aurait pu éviter presque tous ces accidents!

À la lecture du présent document, vous découvrirez comment vous pouvez à la fois assurer la conformité de votre entreprise aux lois et aux recommandations en vigueur, et faire en sorte que vous et vos travailleurs terminez chaque journée de travail sains et saufs.

 

Qu’est-ce que la prévention des chutes de toits?

Des directives fédérales exigent que les employeurs du domaine de la toiture protègent leurs travailleurs contre les chutes lorsqu’ils travaillent en hauteur, au moyen de systèmes ou d’équipements spécifiquement conçus. (La prévention est principalement axée sur les chutes de hauteur, même si d’autres types d’incidents, comme trébucher, peuvent survenir sans entraîner de blessures graves.) Au Canada, ces questions sont régies par le Règlement canadien sur la santé et la sécurité au travail, énoncé dans le Code canadien du travail.

Ces directives obligent aussi les employeurs à fournir une formation sur les équipements en question, ainsi que sur certaines techniques de premiers soins et secourisme, afin que l’ensemble de leurs travailleurs sachent comment se protéger eux-mêmes ainsi que leurs coéquipiers.

En général, les systèmes de prévention des chutes incluent trois éléments principaux :

  • Systèmes de garde-corps
  • Filets de sécurité
  • Systèmes personnels de protection contre les chutes (SPPCC)

Sur un toit à faible pente, on peut également combiner les moyens suivants :

  • Périmètre de sécurité
  • Systèmes de contrôle de la sécurité

Toute personne travaillant à une hauteur de 1,8 mètre (6 pieds) ou plus doit utiliser au moins l’un de ces dispositifs, mais ceux-ci doivent souvent être combinés, selon le type de travail. Voici un aperçu de ces dispositifs de protection.

1. Systèmes de garde-corps

Des garde-corps sont installés autour du périmètre d’un toit à faible pente ou à pente raide. Ils peuvent être temporaires ou permanents, mais doivent respecter des exigences strictes de hauteur, de construction et d’emplacement. Assurez-vous de connaître ces exigences avant de choisir un système.


Sur un toit à pente raide, les garde-corps doivent être munis de plinthes (garde-pieds).

2. Filets de sécurité

Les filets de sécurité sont des systèmes en corde ou en sangles, faits de fibres naturelles ou synthétiques (la plupart sont faits de corde de nylon ou de polypropylène) et suspendus sous un toit ou une fenêtre de toit afin de stopper la chute éventuelle d’un travailleur. Une réglementation fédérale dicte les exigences spécifiques concernant les filets de sécurité : matériaux, force de rupture, emplacement et fréquence des contrôles.

3. Systèmes personnels de protection contre les chutes (SPPCC)

Un système personnel de protection contre les chutes, ou SPPCC, est constitué d’un harnais de sécurité porté par un couvreur et relié par un cordon à un point d’ancrage sur le toit. Toutes les composantes du système doivent pouvoir supporter un certain poids, être portées d’une manière adéquate (il ne peut pas s’agir, par exemple, d’une simple ceinture) et faire l’objet de contrôles réguliers. Avant de commencer à travailler, assurez-vous que votre SPPCC est certifié et en bon état de fonctionnement.

4. Périmètre de sécurité

Il s’agit d’une corde, d’un câble ou d’une chaîne qui empêche les travailleurs d’atteindre une zone non sécuritaire du chantier. Le périmètre de sécurité est un système robuste pouvant supporter une pression de 225 kg (500 lb), et délimitant l’aire de travail.

Il peut être utilisé sur un toit à faible pente pour prévenir les chutes, à condition de se combiner à un autre dispositif : garde-corps, SPPCC, filet de sécurité ou système de contrôle de la sécurité. Il ne fait pas partie des dispositifs de sécurité exigés sur un toit à pente raide.

5. Systèmes de contrôle de la sécurité

Un système de contrôle de la sécurité est également utilisé dans la prévention des chutes sur les toits à faible pente. Il ne s’agit pas d’un équipement, mais plutôt d’une technique : une personne formée pour reconnaître les risques de chute (un moniteur) est présente sur le toit et est chargée de surveiller un seul travailleur et de l’avertir de tout danger ou de toute pratique non sécuritaire. Cette technique doit être accompagnée d’un périmètre de sécurité — elle ne doit jamais constituer la seule mesure de prévention des chutes de toit (sauf lorsque la largeur du toit est de moins de 15 mètres [50 pi]).

Le rôle de moniteur nécessite une formation permettant de savoir quoi surveiller et comment réagir en cas d’urgence. Il faut donc vous assurer que vos employés (tant ceux qui travaillent que ceux qui observent) ont reçu une formation à jour.

 

Commençons par la base.

Les codes du travail américain (OSHA) et canadien décrivent en détail les types d’équipements et de mesures antichutes qui doivent être mis en place. Or il est toujours
bon de se rappeler les notions de base. Voici les principales précautions à prendre:

  1. Portez un harnais de sécurité bien ajusté et assurez-vous qu’il soit relié en tout temps à un ancrage de toit sûr.
  2. Assurez-vous d’utiliser les garde-corps ou les cordes d’assurance installés sur le toit.
  3. Inspectez vos équipements de sécurité (casque de sécurité, harnais, etc.) avant de les utiliser!
  4. Faites en sorte que le chantier soit exempt de débris et que vos équipements (échelles, échafaudages, plateformes) soient solidement installés et en bon état de fonctionnement.
  5. Avant de commencer à travailler, assurez-vous que toutes les ouvertures (fenêtres de toit, etc.) sont couvertes et entourées d’un périmètre de sécurité.
  6. Assurez-vous que les directives reçues de votre client ou de votre employeur concernant le travail à effectuer sont claires, et que vous disposez de suffisamment de temps pour bien le faire, en toute sécurité.

(Sources : United States Department of Labor et Ontario Ministry of Labour)

 

Travailler dans une industrie en changement

Les toitures ne cessent d’évoluer, à mesure que les architectes et les consommateurs se tournent vers de nouveaux styles, au gré de leurs préférences. Par exemple, les normes de construction de bâtiments écologiques encouragent l’installation de panneaux solaires et de toits verts, alors que la tendance des jardins sur toit est à la hausse. Ces types d’installations sont une nouvelle réalité. Quant aux toits aménagés en terrasses, ils sont toujours aussi populaires, mais ils occupent désormais de nouveaux espaces, notamment sur des immeubles commerciaux.

Que cela signifie-t-il pour les couvreurs? Plus on diversifie la fonction des toits, plus les gens y circulent, que ce soit les ouvriers, les responsables de l’entretien ou les occupants venus profiter de ces espaces de détente. Et bien sûr, plus de circulation signifie aussi un plus grand risque de chutes. Il faut donc porter une attention plus soutenue aux mesures antichutes à toutes les étapes de la construction et de l’utilisation des lieux.

Les autorités législatives sont également au fait de ces tendances, et à mesure que de nouvelles technologies émergent, elles mettent à jour la législation en matière de sécurité. Ceci signifie que vous, en tant que couvreur (entrepreneur ou employé), devez également vous maintenir au fait non seulement des nouveaux types de toits recherchés, mais aussi des nouvelles lois qui en découlent. 

 

Travailler au nom de la sécurité

Tous ces changements pris en compte, voici quelques principes pour vous guider dans l’amélioration continue de votre programme de prévention des chutes de toits, afin qu’il soit conforme aux lois en vigueur, mais surtout qu’il vous permette, à vos employés et à vous, de rentrer à la maison sains et saufs, chaque jour.

1) Recadrez votre culture d’entreprise

La sécurité ne devrait pas être un élément qu’on ajoute à la toute fin d’un plan de travail; elle devrait faire partie de chaque étape. Adoptez l’attitude « Sécurité d’abord et en tout temps ».

2) Maintenez-vous à jour

En tant qu’entrepreneur en couverture, ou qu’employé, vous devriez connaître parfaitement la réglementation en matière de prévention des chutes. Pour rester à l’affût de tout changement, visitez régulièrement le site Web de l’OSHA (au Canada, le site de votre gouvernement provincial et le Code canadien du travail).

Mais ceci ne constitue qu’une première étape. Pour ne rien manquer, vous devez aussi bien connaître votre industrie.

Pour ce faire, vous pouvez :

  • Devenir membre d’une association professionnelle comme la NRCA (National Roofing Contractors Association) ou l’ACEC (Association canadienne des entrepreneurs en couverture). Abonnez-vous à leur liste d’envoi par courriel pour vous maintenir au courant — souvent, elles publient des nouvelles et annoncent des événements. Vous pouvez aussi vous joindre à l’association régionale de votre État ou de votre province.
  • Lire les publications spécialisées de l’industrie, comme les revues Professional Roofing (publiée par la NRCA) et Roofing Contractor, qui vous renseigneront sur les plus récentes technologies de prévention des chutes, les événements, les nouvelles et différents sujets touchant les couvreurs.
  • Apprendre des erreurs des autres. L’OSHA publie une liste annuelle des dix violations les plus fréquentes des règles de sécurité au travail, mises au jour par leurs inspections. (Devinez quoi? La prévention des chutes est pratiquement toujours en tête de liste!) Ainsi, votre œil averti vous empêchera de faire les mêmes erreurs.
  • Suivre les avancées technologiques. De nouvelles technologies sont régulièrement développées afin d’améliorer les dispositifs existants. Par exemple, on développe actuellement de nouveaux ancrages de toit qui n’endommagent pas les matériaux de la toiture. Chaque mois, faites une recherche sur Internet avec les mots-clés « technologies de prévention des chutes de toits » ou parlez à votre fournisseur d’équipements de sécurité pour connaître les nouveaux produits offerts. Ces derniers pourraient augmenter l’efficacité de votre travail en plus de rendre votre chantier plus sûr.
  • Visiter des foires commerciales et assister à des congrès. La meilleure façon d’intégrer les plus récents équipements de sécurité à votre chantier est d’aller constater ce qui est offert.

Si votre budget est limité, ou si vous travaillez à des projets nécessitant un équipement particulier, visiter une foire commerciale est un excellent moyen de rencontrer un grand nombre de fournisseurs en peu de temps, afin de trouver les produits qui vous conviennent.

Quant aux congrès, ils vous donneront une vision en profondeur des tendances et des difficultés spécifiques à l’industrie — et vous donneront sans doute quelques pistes de solution. (La foire International Roofing Expo est un bon point de départ, mais informez-vous aussi des événements de votre région.)

À première vue, étendre vos connaissances en matière de sécurité peut sembler ardu, mais vous verrez que plus vous en apprendrez sur le sujet, plus votre intérêt augmentera.

Qui sait? Peut-être deviendrez-vous la personne-ressource de votre région en matière de sécurité!

3) Misez sur la formation

Assurez-vous que vos employés et vous-même disposez d’une formation adéquate et conforme aux lois en vigueur en matière de prévention des chutes, d’équipements de sécurité et de secourisme. Vous devriez donc immédiatement vous inscrire, ainsi que vos employés, à un programme de formation continue certifiée.

Toutefois, pour établir une véritable culture axée sur la sécurité, il vous faut considérer la formation en ce domaine comme un investissement et non comme une tâche à cocher sur une liste.

Envisagez d’aller au-devant des exigences en suivant des cours spécialisés offerts dans votre région, même si votre certification est déjà à jour. Assistez à des séminaires et des conférences offerts localement par vos fournisseurs ou d’autres organismes. Pourquoi ne pas devenir vous-même formateur?

Si vous êtes employeur, incluez la formation dans les critères d’évaluation de vos employés pour vous assurer qu’ils y participeront. Ce faisant, vous leur signifierez aussi que leur sécurité vous importe autant que le travail que vous leur confiez.

Considérez la possibilité d’inviter des formateurs ou des spécialistes à donner sur place de courts séminaires ou des dîners-causeries. Si en plus vous offrez le repas du midi, parions que vous attirerez de nombreux participants.

4) Parlez-en à vos travailleurs

En tant qu’employeur, vous n’êtes peut-être ni sur le chantier en tout temps ni en mesure d’observer en détail le travail effectué sur un chantier secondaire. Pour être au fait du fonctionnement de vos systèmes de prévention des chutes, favorisez une bonne communication entre vos équipes et vous. Demandez à vos employés ce qu’ils pensent des mesures de prévention des chutes en place. Ces dernières sont peut-être déjà conformes à la loi, mais il est toujours possible de les améliorer en les rendant plus efficaces et mieux adaptées à vos couvreurs.

Si, par exemple, ces derniers ne sont pas à l’aise avec le dernier harnais de sécurité que vous leur avez fourni, peut-être pouvez-vous faire l’essai d’un autre modèle.

Ou encore, demandez-leur si les nouvelles mesures au programme de prévention des chutes ralentissent ou accélèrent le travail. Voyez si d’autres équipements ou matériaux pourraient leur faciliter la vie sans compromettre leur sécurité.

Encouragez la discussion au quotidien et soyez réceptif aux questions ou aux inquiétudes de vos employés, afin qu’aucun danger n’échappe à votre connaissance.

 

Améliorez-vous et impressionnez vos clients

Les équipements de prévention des chutes sauvent des vies. C’est pourquoi la loi exige que vous les utilisiez. Or aller au-delà des exigences en misant sur la formation en matière de sécurité peut dynamiser votre entreprise en approfondissant votre expertise, en améliorant les relations au sein de votre équipe et en prouvant à vos clients que vous faites de votre mieux pour que le travail soit bien fait, et en toute sécurité.



Location set to view all.

IKO manufactures products for specific areas in North America.
To ensure we feature the products available in your area, please select your country and state/province.
or
AVIS: Les produits illustrés ne sont pas tous disponibles dans votre région.