IKO vous donne de précieux conseils pour vous aider à les déloger et les empêcher de revenir.

La faune d’Amérique du Nord est abondante et diversifiée. On sait tous ce que cela signifie d’avoir « une araignée au plafond », mais qu’en est-il des écureuils dans le grenier, des ratons laveurs sur le toit ou des oiseaux dans les évents de toit? Nombreuses sont les petites bêtes qu’on préfère voir dans la nature plutôt que dans la maison.

Dans cet article, nous répondons à vos questions :

  1. Comment savoir si ma maison abrite des animaux indésirables?
  2. Comment les animaux réussissent-ils à entrer dans le grenier?
  3. Quelles espèces peuvent élire domicile dans mon grenier et quels dommages peuvent-ils y causer?
  4. Comment peut-on prévenir les problèmes causés par la présence d’animaux?
  5. Comment peut-on déloger des animaux qui se sont déjà installés dans le grenier?
  6. Mon assurance habitation couvre-t-elle les incidents d’origine animale?
  7. Combien en coûte-t-il pour faire déloger des animaux nuisibles?


 

1. Comment savoir si ma maison abrite des animaux indésirables?

Les animaux sauvages sont susceptibles d’entrer dans votre maison au printemps, alors qu’ils se reproduisent et cherchent un nid douillet, et l’automne, surtout dans les régions nordiques où ils cherchent un abri chauffé où passer l’hiver.

Ces visiteurs indésirables annoncent parfois leur présence en laissant des indices sonores, visuels ou olfactifs. Si vous entendez des animaux sur votre toit, les voyez se promener sous l’avant-toit ou carrément entrer dans la maison, ou si vous en découvrez les excréments, commencez par faire le tour de votre maison en l’inspectant au niveau du sol.

white squirrel on roof

 

2. Comment les animaux réussissent-ils à entrer dans le grenier?

Surveillez ces signes distinctifs :

  • Bardeaux manquants.
  • Trous dans le soffite ou le parement.
  • Bordure d’avant-toit ajourée.
  • Évent de pignon ou de faîte béant, non grillagé.
  • Cheminée ouverte ou sans chapeau.
  • Espace entre la bordure d’avant-toit et l’avant-toit.

Dans la maison, inspectez votre grenier. Regardez, écoutez et reniflez, à la recherche de ces indices :

  • Isolant ou conduits d’aération déchiquetés.
  • Fils électriques ou tuyaux de PVC mâchouillés.
  • Nids ou ruches. (Ceux-ci peuvent aussi apparaitre à l’extérieur.)
  • Urine ou excréments.
  • Sons inhabituels dans le plafond ou dans les murs, le jour ou la nuit.

Les écureuils sont plus actifs le jour, tandis que les ratons laveurs et les chauves-souris sont nocturnes. Les bruits de pas des écureuils, des rats et des souris sont légers et précipités, mais ceux des ratons laveurs sont lents et lourds. Certains animaux font entendre leurs cris alors que d’autres restent silencieux. Vous pourriez entendre des bruits venant du plafond du grenier, du toit ou de l’intérieur des cheminées, des murs, des conduits ou des évents.

 

3. Quelles espèces peuvent élire domicile dans mon grenier et quels dommages peuvent-ils y causer?

Certains propriétaires de maison vivent des infestations d’insectes comme les termites ou les coquerelles, des intrusions de serpents ou même d’ours, mais nous nous concentrerons ici sur les cinq catégories d’animaux les plus susceptibles d’endommager votre toit ou de s’introduire dans votre grenier :

  1. Ratons laveurs
  2. Écureuils
  3. Chauves-souris et oiseaux
  4. Rats et souris
  5. Guêpes et abeilles

Nous verrons quels dommages chacune de ces espèces risque de causer, comment expulser les animaux de votre grenier et comment prévenir les intrusions futures. Pour vous débarrasser de ces intrus, nous vous recommandons de toujours recourir aux services de professionnels. Ceux-ci sont des spécialistes du comportement animal et appliquent des techniques sûres, efficaces, légales et humaines pour évincer les bêtes. Ils sont aussi au fait de la réglementation locale en matière d’espèces protégées.

Ne soyez pas l’un de ces propriétaires qui tombent de leur échelle ou se blessent parce qu’un animal les a fait sursauter ou les a mordus. Sachez aussi que déloger physiquement les intrus n’est qu’une première étape du processus. Le grenier doit aussi être nettoyé des excréments accumulés, puis désinfecté, car l’urine, les crottes et les tiques que transportent certaines bêtes peuvent transmettre aux membres de votre famille des maladies graves.

 

  1. Ratons laveurs.

racoon in roof

Ces petits animaux forestiers, mais de plus en plus urbains, sont des cousins éloignés des pandas roux. Ils sont peut-être mignons avec leur masque noir, leur épaisse fourrure, leur queue rayée et leurs minuscules doigts agiles, mais les ratons laveurs sont particulièrement destructeurs et peuvent transmettre de graves maladies aux humains et aux animaux domestiques.

Avec leur force physique et leur grande dextérité, ils sont capables d’arracher les bardeaux d’un toit ou d’écarter un soffite ou une bordure d’avant-toit pour parvenir jusqu’au grenier. Ils le font généralement pour trouver un endroit chaud et sûr où donner naissance à leurs petits. Les mères raton laveur sont particulièrement protectrices de leur territoire et de leurs petits.

Leurs points d’entrée sous votre toit peuvent laisser des trous béants par lesquels la pluie et la neige s’immisceront ensuite, ce qui risque de causer d’importants dommages, des fuites et des moisissures. De plus, les ratons laveurs peuvent endommager l’isolant et les fils électriques en les mâchouillant, ce qui fait grimper les risques d’incendie.

On associe souvent les ratons laveurs à la rage. Bien que la rage soit effectivement une maladie grave, elle est beaucoup moins répandue que d’autres, encore plus fréquentes. La rage est causée par un virus qui se transmet par la salive des ratons laveurs. Si vous ou votre animal de compagnie vous faites mordre par un raton laveur, cela requiert des soins médicaux immédiats.

Ne vous approchez jamais d’un raton laveur qui semble malade, présente de l’écume à la gueule ou un comportement violent ou étrange. Ce type de comportement peut lui donner une démarche incertaine, comme s’il était intoxiqué à l’alcool, ou encore le faire s’attaquer à des objets inanimés.

  1. Écureuils.

squirrel on roof

Les écureuils sont très divertissants, à condition qu’ils restent dehors. On ne souhaiterait certainement pas les rencontrer à l’intérieur de la maison. À l’automne, ils peuvent parcourir jusqu’à 80 km pour trouver un endroit où s’abriter au chaud. Les écureuils peuvent pénétrer dans votre grenier par les mêmes endroits que les ratons laveurs, mais ils le font encore plus aisément grâce à leur petite taille.

Ils peuvent courir sur les fils électriques ou atterrir sur votre toit en se laissant tomber d’une branche ou d’un toit voisin. Une fois à l’intérieur, ces petits rongeurs indésirables construisent leur nid en déchiquetant, avec leurs dents acérées et leurs griffes robustes, les fils électriques, les tuyaux de PVC, le bois et l’isolant.

Un écureuil vous approchera rarement d’assez près pour vous mordre, à moins que vous ou votre animal de compagnie le coinciez, qu’il se sente menacé ou qu’il cherche à protéger ses petits. En plus des dommages physiques que peuvent causer ces petits rongeurs, ils peuvent également transmettre de graves maladies aux humains et aux animaux de compagnie.

  1. Chauves-souris et oiseaux.

bats in roof

IL n’est pas rare qu’une chauve-souris ou un oiseau se retrouve à voler au-dessus de vos têtes dans la maison. L’été, un oiseau peut facilement entrer par une porte ou une fenêtre laissée ouverte. Après l’avoir fait sortir, il est recommandé de jeter un coup d’œil au grenier. Il est peu probable, mais tout de même possible que d’autres individus y aient fait leur nid. Si un oiseau s’est introduit dans la maison alors que les portes et les fenêtres étaient bien fermées, le problème se situe fort probablement au grenier.

De même, si vous trouvez une chauve-souris voletant dans la maison ou perchée au plafond, il se peut que toute une colonie ait élu domicile dans le grenier. Ces bestioles aiment les lieux secs et fermés, ou elles sont à l’abri des prédateurs.

Si vous découvrez une colonie de chauves-souris dans votre grenier, il faut régler le problème tout de suite, car sa population peut croitre rapidement et son guano (ses fientes) s’accumuler rapidement. Les fientes de chauve-souris peuvent dégager une odeur extrêmement désagréable. En outre, elles sont si acides et corrosives qu’elles peuvent attaquer les matériaux de construction, abîmer le bois et affecter l’efficacité de l’isolant.

Pour entrer dans votre grenier, les chauves-souris n’ont besoin que d’une ouverture d’environ la taille d’une pièce de 10 cents, ce qui rend votre maison très vulnérable à une telle infestation. Une fois les chauves-souris et leur guano retirés, le grenier entier doit être nettoyé à fond et désinfecté. Puis, tous les matériaux de construction endommagés doivent être réparés ou remplacés. Il n’est pas rare que les chauves-souris soient porteuses du virus de la rage. Si vous ou votre animal de compagnie vous faites mordre par une chauve-souris, cela requiert des soins médicaux immédiats.

Les pigeons et les étourneaux sansonnets sont parmi les espèces d’oiseaux qui pénètrent ou se perchent le plus fréquemment sur les maisons. Les étourneaux aiment nicher dans les conduits d’évacuation de hotte et de salle de bain, dont la chaleur en fait le parfait incubateur pour leurs couvées. En plus d’être très bruyants et de dégager des odeurs désagréables, les étourneaux et leurs fientes peuvent aussi attirer des insectes comme les coquerelles, et causer une infestation.

Les pigeons sont beaucoup plus gros que les étourneaux et peuvent être porteurs de nombreuses maladies, l’une des plus graves étant la méningite. Lorsque vous décidez de déloger des oiseaux, il faut porter un équipement de protection adéquat, incluant un masque. C’est une bonne raison de plus de faire appel à des professionnels plutôt que de le faire vous-même.

Les fientes d’oiseau sur un toit rendent sa surface glissante. De plus, ces excréments hautement acides peuvent endommager les bardeaux d’asphalte et compromettre leur intégrité. Ils peuvent aussi constituer une source de nutriments favorisant la prolifération d’algues et de mousses. Les matières utilisées pour construire un nid présentent aussi un danger. Elles peuvent être sales ou infestées d’insectes, ou encore boucher les évents et ainsi faire augmenter les risques d’incendie. Un nid installé dans une gouttière peut empêcher l’eau de s’écouler et même la refouler jusqu’à ce qu’elle s’infiltre sous les bardeaux du toit.

Pour en savoir plus sur les problèmes causés par les oiseaux, lisez l’article de IKO sur la gestion des oiseaux.

  1. Rats et souris.

rats in roof chewing on cable

Les rats et les souris sont parmi les intrus les plus fréquents. On croit souvent qu’ils sont attirés par les détritus et les endroits encombrés, mais en fait, ces rongeurs ne se soucient guère de la saleté ou de la propreté des lieux, pourvu qu’ils y trouvent un abri confortable et une source de nourriture. Ils sont plus susceptibles de pénétrer dans les maisons à l’automne, surtout dans les régions nordiques.

SI vous trouvez des excréments ou si vous apercevez un seul rat ou une souris, il y a fort à parier que votre maison en abrite plusieurs, car ils se reproduisent rapidement et en grand nombre. Une seule souris peut produire jusqu’à 70 crottes par jour. Sur une année complète, cela revient à plus de 25 000 crottes, pour une seule souris!

Les souris entrent souvent par un interstice au niveau du sol et peuvent se faufiler dans une ouverture de moins d’un centimètre. Une fois à l’intérieur, elles peuvent se promener dans les murs et se déplacer dans la maison jusqu’au grenier. Les rats sont plus gros, mais ils peuvent tout de même passer par un interstice de la taille d’une pièce de 25 cents.

Les rongeurs sont dangereux à cause de leur capacité à ronger le bois, les fils électriques, les tuyaux de PVC, l’isolant et même le béton, ce qui endommage votre propriété et entraine des risques d’incendie. Les rats et les souris sont aussi des vecteurs de nombreuses maladies qui peuvent se transmettre aux humains et aux animaux domestiques, soit par leurs excréments, leur urine ou leur salive, ou indirectement, par les tiques ou les acariens qui s’alimentent sur un individu infecté, qu’il soit vivant ou mort.

  1. Guêpes et abeilles.

hornet nest in roof

Les frelons, les guêpes et les abeilles ont beau être petits, ils peuvent décider de s’installer dans votre grenier. Il est intéressant de savoir que les abeilles à miel n’ont pas cette habitude, puisque l’été, la température peut y atteindre plus de 80 degrés Celsius. Ces petites bêtes sont assez intelligentes pour savoir qu’au-delà de 55 degrés, la cire de leur ruche fondrait, et qu’il vaut mieux choisir un endroit plus frais… comme à l’ombre sous votre avant-toit!

Ces insectes volants aiment le caractère silencieux et paisible du grenier, où ils peuvent construire leur nid et mener leur vie sans qu’on vienne les déranger. Le plus grand danger est de se faire piquer par eux.

Si vous trouvez une ruche sur l’extérieur de votre maison, ou pire, dans votre grenier, le mieux est de la faire enlever pour atténuer le risque de piqûre, surtout si un membre de votre famille est allergique.

La santé de votre famille est la principale raison pour laquelle il faut régler rapidement les problèmes d’infestation, en faisant appel à des professionnels. Cela dit, protéger votre maison contre les risques d’incendie et les autres dommages est aussi important.

Une fois les envahisseurs partis, vous devez prendre certaines mesures pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise. Voici quelques-unes de ces mesures à prendre. Consultez un service professionnel de délogement d’animaux sauvages pour d’autres conseils.
 

4. Comment peut-on prévenir les problèmes causés par la présence d’animaux?

Mieux vaut prévenir que guérir, dit l’adage. En effet, il est bien plus facile et économique de prévenir les infestations d’animaux que de les déloger une fois qu’ils se sont installés dans votre maison.

Voici ce que vous pouvez faire pour tenir les petites bêtes à l’écart de votre demeure. Inspectez d’abord attentivement votre maison, en commençant au niveau du sol.

  • Bouchez tous les trous ou fissures susceptibles de servir de points d’entrée, que ce soit au niveau du sol ou du toit. N’oubliez pas que les souris peuvent se glisser dans de minuscules ouvertures.
  • Utilisez un matériau métallique pour boucher les trous, car les rongeurs peuvent s’attaquer à presque tout, même au béton, mais pas au métal.
  • Remplacez tout bardeau manquant et réparez les trous dans le soffite ou la bordure d’avant-toit.
  • Couvrez les descentes pluviales et les gouttières d’un grillage afin d’empêcher les écureuils d’y entrer.
  • Installez un treillis métallique sur les grandes ouvertures comme les cheminées ou les évents de pignon ou de faîte.
  • Retirez les plantes grimpantes sur vos murs extérieurs. Bien qu’elles soient jolies, elles constituent néanmoins une véritable autoroute pour les souris qui s’en servent pour grimper sur le toit et atteindre votre grenier. Notez que les racines et les vrilles des plantes grimpantes peuvent aussi endommager la maçonnerie, la brique et les autres types de parement.
  • Taillez les branches d’arbres ou les arbustes pour qu’ils ne s’approchent pas à moins de 2 ou 3 mètres de votre toit.
  • Protégez les fils électriques ou téléphoniques qui passent près de votre maison ou qui y entrent, car les écureuils peuvent y circuler et sauter sur votre toit. Une gaine de plastique constituera une surface glissante qu’ils n’arriveront pas à traverser.
  • Empêchez les ratons laveurs de grimper le long des treillis ornementaux ou des colonnes en fer forgé en les entourant de plastique. Un tapis conçu pour la glisse hivernale s’enroule spontanément autour de telles structures et est efficace pour contrer l’ascension des animaux.
  • Installez des pics de plastique le long de l’avant-toit pour empêcher les étourneaux sansonnets ou d’autres oiseaux de s’y percher et d’y laisser leurs fientes corrosives. Un faux hibou ou une girouette peut aussi être efficace.
  • Si vous apercevez une ruche ou un nid d’insectes sous votre avant-toit, enlevez-le dès que possible. Il est plus facile et moins dangereux de le faire pendant la nuit, lorsque les insectes sont inactifs.
  • Répandez des boules de naphtaline dans votre grenier pour éloigner les écureuils et autres rongeurs, mais sachez que la naphtaline dégage une odeur déplaisante pour les humains aussi et pourrait affecter la santé de certains, ou des animaux de compagnie. Si vous en utilisez, il vous faudra les remplacer régulièrement et vous assurer que les animaux domestiques et les humains n’y sont pas exposés.
  • Vous pouvez recourir à d’autres produits répulsifs offerts sur le marché, mais sachez qu’ils ciblent souvent une espèce en particulier et peuvent avoir des effets secondaires sur les humains.
  • Choisissez un répulsif naturel, approprié à l’espèce que vous souhaitez éloigner. Une solution de piment de cayenne est efficace contre les ennemis de votre jardin comme les escargots et les moufettes, mais ne repoussera pas forcément les envahisseurs de votre grenier. Les oiseaux, par exemple, ne sont pas affectés par le piment de cayenne parce que leurs organes gustatif et olfactif ne le détectent pas.

5.Comment peut-on déloger des animaux qui se sont déjà installés dans le grenier?

Comment nous l’avons dit, il y a de nombreuses raisons de recourir aux services de professionnels pour débarrasser votre grenier ou vos évents d’animaux nuisibles. Cependant, si vous croyez pouvoir le faire vous-même en toute sécurité, voici nos conseils.

  • N’oubliez pas de porter un équipement de protection, incluant des gants robustes et un masque.
  • Repérez le point d’entrée de l’animal et bloquez-le une fois l’animal délogé. Vous pouvez aussi installer une trappe à sens unique pour qu’une fois l’animal sorti du grenier, il ne puisse plus y revenir.
  • Attraper l’animal vivant est la façon la plus humaine de le déloger. Toutefois, il est presque impossible pour un propriétaire de déloger de sa résidence une infestation importante de rongeurs ou de chauve-souris. Dès que vous constatez la présence d’animaux, dépêchez-vous d’agir avant que leur population ne grandisse. Il se peut que dans votre région, il soit obligatoire d’obtenir un permis pour attraper un animal sauvage. Veuillez consulter la réglementation locale.
  • Informez-vous de la législation en vigueur dans votre région. En Amérique du Nord, de nombreuses localités encadrent strictement le délogement ou même le contact avec des nids d’oiseaux, par exemple. Même les écureuils sont considérés comme une espèce protégée dans certaines régions.
  • Si vous avez attrapé un animal, relâchez-le suffisamment loin de votre résidence pour qu’il ne puisse pas retrouver son chemin. Cependant, la législation en matière de faune peut imposer certaines limites de distance.
  • Ne coincez jamais un raton laveur dans un coin. Les mères, en particulier, peuvent être assez téméraires et méchantes. Si possible, attendez que la mère soit sortie chercher de la nourriture pour déplacer son nid et sa progéniture. Elle les cherchera sans relâche. Profitez de ce moment pour bloquer son point d’entrée dans votre maison. Retirez toujours les excréments laissés dans le grenier et désinfectez les lieux.
  • Si vous vous en sentez capable, vous pouvez tenter de déloger un raton laveur à l’aide d’un long bâton, par exemple un outil de désherbage muni de dents souples que vous entortillerez dans la fourrure de l’animal. Celui-ci n’aura alors d’autre choix que de se laisser guider par vous, idéalement jusqu’à une cage ou un piège permettant de capturer l’animal vivant.
  • N’empoisonnez jamais un animal. Il pourrait être tentant d’utiliser de la warfarine pour se débarrasser de rats ou de souris, mais ces rongeurs sont nuisibles, qu’ils soient vivants ou morts. Quand ils se décomposeront dans votre grenier ou vos murs, ils dégageront une odeur nauséabonde et risquent de causer des maladies graves. Aussi, certaines espèces sauvages sont protégées par la loi, ce qui vous interdit de les tuer.

6. Mon assurance habitation couvre-t-elle les incidents d’origine animale?

La question est plus complexe qu’on pourrait le croire. Il est important d’en discuter avec votre assureur.

En général, une assurance habitation pour une maison ordinaire ou mobile couvre les dommages causés par un animal sauvage. Les ratons laveurs, les opossums, les moufettes, les oiseaux et les chauves-souris sont considérés comme des animaux sauvages, mais les rats et les souris ne le sont pas. Ce sont des rongeurs, et les dommages qu’ils causent ne sont généralement pas couverts par votre assurance. Les dommages causés par des insectes comme les abeilles, les guêpes, les termites et les coquerelles peuvent être couverts, ou pas.

Sachez également que pour être couverts, les dommages doivent être survenus lors d’un seul événement bien circonscrit et non pas au cours d’une période pendant laquelle vous auriez pu agir, mais ne l’avez pas fait.

La plupart des polices d’assurance habitation couvrent les pertes liées à un incendie, pourvu qu’il survienne en un seul événement circonscrit, mais il vaut mieux le vérifier auprès de votre assureur.

 

7. Combien en coûte-t-il pour faire déloger des animaux nuisibles?

Il nous est impossible de fournir ici une estimation de ces coûts. Les variables sont trop nombreuses : type d’animal, méthodes de délogement, ampleur de l’infestation, etc.  Nous espérons cependant que cet article vous a montré ce que pourrait vous coûter, en termes de dommages à la propriété ou de santé des membres de votre famille, la décision de ne PAS agir pour déloger ces animaux.

Nous vous recommandons fortement de recourir aux services de spécialistes des animaux nuisibles pour les déloger de façon sûre, légale et humaine.

Si vous décidez d’inspecter votre maison à la recherche de points d’entrée, prenez les précautions nécessaires, notamment pour utiliser une échelle de façon sécuritaire.

Les couvreurs professionnels et les spécialistes du délogement d’animaux collaborent souvent. Demandez à un entrepreneur IKO de vous recommander un fournisseur de services qualifié, qui déloge les animaux sauvages de manière éthique.

Location set to view all.

IKO manufactures products for specific areas in North America.
To ensure we feature the products available in your area, please select your country and state/province.
or
AVIS: Les produits illustrés ne sont pas tous disponibles dans votre région.